Critique TVLine de Quantum Leap : le reboot voyage bien… mais il pourrait également nécessiter quelques ajustements

Partagez l'article

Si un série est mûr pour un redémarrage, c’est Quantum Leap. La série NBC originale de 1989-93 avait une prémisse irrésistible – un scientifique malheureux est coincé à voyager dans le temps, habitant le corps d’un étranger différent chaque semaine jusqu’à ce qu’il répare un tort dans leur vie – et cela reste un classique culte certifié à ce jour. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que NBC ne décide de sauter à nouveau, et le nouveau redémarrage (première lundi à 10/9c) offre quelques mises à jour astucieuses sur l’original. Cependant, d’autres parties sont maladroites et NBC devra peut-être continuer à bricoler pour que celle-ci soit correcte.

Nous reprenons trente ans après que Sam Beckett de la série originale ait été perdu dans le temps, avec le physicien Ben Song (Raymond Lee) à la tête d’une équipe qui redémarre le projet Quantum Leap. À la suite d’un mystérieux accident, Ben se retrouve bientôt dans la même position que Sam, sautant dans la vie de personnes au hasard et découvrant à la volée ce qu’il doit faire pour passer à autre chose. Ben a également un compagnon hologramme comme Sam avait avec Al – mais cette fois, c’est la fiancée de Ben Addison (Caitlin Bassett), qui est également un autre membre de l’équipe Quantum Leap. Il ne se souvient pas d’elle, cependant, en raison de l’amnésie induite par le saut, et cette tournure douce-amère donne au redémarrage une ride émotionnelle intrigante qui manquait à la série originale.

C’est dans les scènes d’action bien conçues que ce Quantum Leap brille vraiment. Lors de la première, Ben saute dans un chauffeur en fuite pour un réseau de cambrioleurs des années 1980 et se retrouve bientôt dans une poursuite en voiture de style Baby Driver, évitant les flics dans une camionnette avec un levier de vitesse bancal, et plus tard, il est chargé de désamorcer une bombe mortelle comme les secondes s’égrènent. De plus, les effets spéciaux bénéficient d’une mise à niveau élégante, Addison utilisant une configuration de réalité virtuelle futuriste pour se connecter à la chronologie de Ben. Le dialogue, cependant, n’est pas aussi élégant: l’intrigue secondaire du cambriolage est entravée par des clichés de durs à cuire fatigués et des développements d’intrigue sèveux.

Le redémarrage donne également un temps égal à l’équipe à la maison, avec Ben soutenu par un groupe de scientifiques idiots tout droit sorti d’un laboratoire du crime d’une procédure CBS. Leurs scènes sont bourrées d’expositions à bout de souffle et de technobabble enchevêtrés, et nous obtenons plus de réponses que jamais de Sam et Al – mais voulons-nous vraiment savoir tout cela? Nous n’avions pas besoin de savoir pourquoi Sam Beckett sautait partout ; nous avons juste aimé le regarder faire. La première met en place un certain nombre de mystères chargés de mythologie pour nous, comme à peu près tous les séries doivent le faire ces jours-ci. Mais en essayant de tout surexpliquer, cela menace de ruiner ce qui a rendu Quantum Leap si amusant en premier lieu.

Il est difficile de dire comment le redémarrage pourrait se développer à partir d’ici, puisque NBC n’a envoyé qu’un seul épisode aux critiques. Les histoires vont-elles s’améliorer ? Les scènes d’équipe deviendront-elles moins explicatives ? Honnêtement, je ne pourrais pas vous le dire ! Mais Lee se révèle être un digne successeur de Scott Bakula, jonglant avec aisance entre action, comédie et drame. Sa chimie considérable avec Bassett et le lien unique de Ben et Addison sont les principaux arguments de vente à ce jour, un épisode après. Nous devrons simplement voir si le reste de la série peut sauter là où ils se trouvent.

THE TVLINE BOTTOM LINE: Le redémarrage de Quantum Leap de NBC a une star charmante et des scènes d’action lisses, mais s’enlise dans des dialogues ringards et des mystères sans issue.

Source